Triste ironie tout de même quand on y pense, que la moitié nord de la planète s'efforce par tous les moyens de perdre son gras quand l'autre moitié est affamée et ne finit pas d'en crever...