Une semaine, deux semaines, trois semaines, et puis quatre, cinq... La ronde ne répondant pas aussi bien que prévu à la diète, monsieur Protéines n'en finissait pas de prolonger la cure. La ronde ne pensait plus qu'à une chose: manger. Ce qu'elle avait mangé, ce qu'elle mangerait, ce qu'elle rêvait de manger. Et cette obsession semblait l'empêcher de maigrir autant qu'elle aurait dû. Elle pesait inlassablement les rares aliments que le médecin réintroduisait petit à petit dans son alimentation. Elle dégustait le plus longtemps possible les miettes de pain autorisées. Et n'en finissait pas de cuisiner pour l'homme et ses amis, se nourrissant par procuration.

Cinq mois passèrent. Elle était amincie mais se sentait sur un fil. Tentée de ne plus jamais rien avaler, ou, au contraire, de dévaliser les placards et d'ingurgiter tout ce qui passerait sous son nez.

Finalement, le salut vint de l'amour. Son ventre haï décida en effet de prendre vie. A moins que ce ne fût la  vie qui s'empara de son ventre. Toujours est-il qu'il allait bien falloir accepter de faire confiance à son corps, puisqu'il abritait désormais une promesse d'enfant...