A chaque fois qu'elle consulte une nouvelle nutritionniste, la ronde espère secrètement que celle-ci sera vieille, grosse et moche.

La démarche d'aller montrer sa graisse à une parfaite inconnue représente déjà un certain effort. Mais lorsque cette personne s'avère être une femme filiforme, chic et guindée, ça relève de la punition. Les cabinets des nutritionnistes sont toujours rutilants, classieux et situés la plupart du temps dans les beaux quartiers. La ronde se sent toujours comme une intruse dans ces salles d'attente dont rien ne dépasse et qui sentent l'argent à plein nez. Elle se voit alors comme une verrue dans cet univers feutré et compassé.

Pourtant, elle ne devrait pas. Elle devrait plutôt garder à l'esprit que ce sont ses kilos et tous ceux de ses soeurs de galères, qui ont payé le moindre centimètre carré du parquet ciré, des meubles design ou des toiles de maître bien alignées.

Parfois, elle croit voir sur les murs glacés des cabinets des nutritionnistes ruisseller la graisse perdue de toutes ses congénères...