Aller chez un nutritionniste pour la première fois, c'est se mettre à poil. Physiquement déjà, il faut tout enlever. Parfois le médecin oublie même de te dire que tu peux te rhabiller, alors tu te retrouves assise devant lui, visualisant dans ta tête les bourrelets infames que tu lui offres en pature. Même devant ta mère tu ne t'assierais pas en culotte, et là, tu es en face de cet inconnu, en train de raconter ta vie, tes seins sur son bureau ou presque.

Parce que oui, la "première" visite chez le nutritionniste est à chaque fois l'occasion de refaire le film de tes kilos, de tes régimes et de tes crises de boulimies. Tu remontes au plus loin que tu t'en souviennes, lui parle de tes premières orgies ou de tes premières diètes. Tu évoques les vomissements de l'adolescence, parle de ta mère qui est grosse, ou maigre, de ton père, qui a du cholestérol ou du diabète. Tu essaies de te souvenir si déjà, à cinq ans, sur les photos, tu avais de bonnes joues et de gros mollets. Et puis tu récites la longue litanie de tous les régimes raisonnables ou farfelus que tu t'es déjà infligé.

Pendant ce temps là, le médecin note tout ça sur son petit calepin, ou bien il te mesure de toutes part, pour t'annoncer à la fin non seulement ton poids mais aussi ton tour de taille qui fait trois fois celui des hanches de n'importe quelle nana "normale" et ton tour de cuisse dont tu n'aurais jamais pensé qu'il puisse avoir trois chiffres...

Suite au prochain épisode...