Le début d'un petite histoire, écrite d'Allemagne (j'ai trouvé un clavier français, oui Ségolène, parfaitement FRANçAIS, madame !) Il faisait tellement mauvais aujourd'hui, et les conférenciers étaient si... sérieux... que j'ai eu tout le temps de rêvasser. Et étrangement, c'est un instant capital de ma vie qui est remonté à la surface. Je vais vous le raconter, un peu romancé peut-être. C'est bon de vous savoir de l'autre coté de l'écran, je suis attablée au bar de cet hôtel impersonnel, une bière à mes côtés et votre présence virtuelle me réchauffe. Bon, ok, la bière aussi... ;-)

La rencontre

Il faisait beau ce jour là. Le mois de mai venait de commencer. La ville semblait savourer les premiers rayons de soleil. Quand la ronde est sortie de la clinique sur son brancard, ses yeux n'ont pas tout de suite supporté la lumière. Comme si elle était restée dans l'obscurité trop longtemps. Le bruit aussi l'a surprise. Trois jours seulement qu'elle était enfermée dans cette chambre climatisée aux fenêtres closes et son corps avait déjà oublié qu'ailleurs, il y avait la vie. Trois jours à rayer de la carte, trois jours où elle n'était finalement plus rien qu'une carcasse meurtrie, vidée de son sens.

A suivre...