amourhotel

Hier, j'ai emmené mon homme pour son/notre anniversaire à l'hôtel Amour. Je ne vous conterai pas la nuit classée X, parce que bon, j'ai beau dévoiler ici mes petites misères, mes grandes galères et mes immenses bonheurs, je vous ferai néanmoins grâce de mes ébats...

Par contre, je ne saurais que trop conseiller aux amoureux, anciens et nouveaux, ce genre d'escapade. Ce  voyage "pour nos dix ans" n'a consisté qu'à traverser la Seine pour aller du 13ème au 9ème arrondissement. Il n'a duré qu'une vingtaine d'heures et encore, pendant lesquelles notre fée de baby-sitter gardait les petits.

Pourtant, cette nuit dans cette chambre aux allures de boudoir de Marie-Antoinette dans un hôtel - trop ? - branché, fut comme une énorme bouffée d'air dans un quotidien parfois sclérosant. L'impression d'être devenus des touristes en transit dans notre propre ville était déroutante et charmante. Le repas dans la cour luxuriante de l'hôtel était plutôt simple, mais eut le mérite de tenir les promesses d'une carte basique et modeste.

Voilà, le temps d'un mojito dans cette moiteur estivale qui prédède en général l'orage, bercés par les "bang bang" de Nancy Sinatra, on s'est pris pour deux beautiful people, habitués des hauts lieux de la nuit parisienne. Parce que oui, j'oubliais, l'Hôtel Amour est le nouveau bébé d'André, propriétaire de deux boîtes branchissimes à Paris et de Emma Decaunes, fille de, qui semble s'amuser en jouant à la marchande dans son petit hôtel de poche.

Bon, honnêtement, ce petit côté "Voici" nous a fait rire, et n'était pas pesant. Il faut aller dans ce havre de paix pour la cour paradisiaque et les chambres toutes décorées dans un style différent. Seul bémol, une clientèle un peu bruyante au beau milieu de la nuit...

Ce matin, le petit déjeuner baguette/croissant pris dans une bonne vieille brasserie pas people pour deux sous en lisant le JDD nous a rappelé les années sans enfants, lorsqu'on n'avait pas d'heure.

Voilà, la vie de famille a depuis repris son cours, mais le souvenir de ces instants volés a laissé quelques étoiles dans nos yeux un peu fatigués...

Dernier détail, le petit plus sulfureux, on peut réserver les chambres de cet hôtel pour quelqus heures, le temps d'une sieste crapuleuse, légitime ou non, ça après tout, ça ne nous... regarde pas !

Hôtel Amour
8 rue Navarin
75009 Paris
01.48.78.31.80