"L'homme est le passé de la femme", "Ado au mur: une bombe à retardement", "Nous resterons, amis... chemin", "Avec les années, l’Amour se fait plus chair”, “Allez faire le mâle ailleurs”, “Tes faims de moi sont difficiles”!

misstic

Ces phrases énigmatiques et pleines d'esprit ponctuent les pochoirs d'une grapheuse parisienne à part, MissTic. Je suis sûre que tous ceux qui me lisent et vivent dans la capitale sont déjà tombés sur une de ces femmes aux formes parfaites, carrossées comme des pin-up des années 50.

misstic5

Elles fleurissent sur les facades, graphées clandestinement à la tombée de la nuit, toujours en noir, toujours très chic, elles m'évoquent Fantomette, Barbarella, Rita Hayworth ou Mata-Hari. Elles sont rockeuses ou vamp, elles s'appuient insolemment contre un mur imaginaire ou marchent d'un pas altier. Parfois elles se font lascives et provocantes, semblant amorcer un strip-tease de rue. Les épitaphes-calembours donnent à chaque fois un sens particulier aux poses de ces dames.

misstic3

Et cette signature, mystérieuse et féminine, cet ultime jeu de mot, "MissTic", finit de me charmer. Parfois, à quelques mètres d'une de ces femmes-pochoirs, MissTic dessine aussi un chat, lové au coin d'un mur. Et on ne peut s'empêcher de penser que ce félin, à la nuit tombée, se transformera en une cat-woman agile et intrépide...

J'ai toujours été fan de MissTic. Alors vous pouvez imaginer mon bonheur il y a quelques semaines, lorsque mon fils et moi sommes tombés sur un de ses pochoirs, à quelques centimètres de ma porte d'entrée... Depuis, on part parfois à la recherche de ces trésors urbains et la chasse est souvent fructueuse. Merci MissTic d'avoir élu, temporairement, domicile dans les rues de mon quartier...

misstic2

Sur indication de Ptite Zabelle, j'ajoute le site internet officiel de l'artiste: http://www.missticinparis.com/