elle2En ce lundi je crois que je vais - encore - pousser un grand cri.

Pourtant, je vous assure, je m'étais promis de ne plus le faire, de ne plus m'emporter comme une possédée dès que je me plonge dans mon hebdo de moins en moins préféré. Ohhhh, j'en entends certaines qui se disent: "elle commence à nous courir sur le haricot, après tout, si "Elle" ne lui plait pas, elle n'a qu'à pas l'acheter. En plus à tous les coups, elle en crèverait d'avoir sa signature dedans".

Oui, oui... mais non. Je m'explique. Oui, c'est vrai, après tout, je ne suis pas obligée de donner 2 euros et des poussières tous les lundi à un fabriquant d'armes - ben oui, Lagardère au départ il vend des fusils, si si si - qui me fiche en rogne semaine après semaine. Le problème, c'est que tout n'est pas à jeter, dans le "Elle" bien au contraire et que les féminins, j'adore ça. Pourquoi ? Parce que la mode, parce que les potins, parce que parfois des prises de position courageuses et/ou féministes, parce que les recettes de cuisine que je ne fais jamais mais miam. Oh et puis surtout parce qu'il ne faut pas se voiler la face, je suis bourrée de contradictions, celles-là même qui nous rendent aimables, nous les femmes. Non ?

Par ailleurs, celles qui s'imaginent que le rêve m'a parfois effleuré de recevoir un mail de Valérie Toranian qui me supplierait d'accepter un pont d'or pour l'honorer d'une chronique hebdomadaire, ont... totalement raison. Mais étant donné que ce fameux mail tarde à venir et que je ne peux pas décemment répondre à cette chère Valérie Toranian AVANT d'avoir reçu sa proposition, et bien pour l'instant je profite de la liberté d'expression qui est la mienne pour leur dire très franchement et très courageusement - planquée derrière mon écran - ma façon de penser.

Parce qu'après - une fois que j'aurai accepté le contrat juteux de ma copine Valérie - faudra bien comprendre que ce ne sera plus possible, hein ?

Bon, bref, après cette légère digression voire après ce gros délire de fille qui se défonce au chlore, voilà pourquoi je pousse, en ce lundi, un grand cri:

AHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHH !

Dans le Elle en vente la semaine dernière, donc, celui avec Emmanuelle Béart en une qui nous présentait son "nouveau visage" - on ne rit pas ce n'est pas charitable, puisqu'elle vous dit qu'elle n'a touché à RIEN, c'est dingue ça ! - on nous gratifie de 30 conseils pour mincir SANS Y PENSER. Je vous rappelle au passage que la semaine précédente on pleurait sur les côtes de Nicole, Richie ou Kidman, peu importe. Mais cette semaine, faut vous mettre à la page, la minceur, c'est cool.

Donc, 30 conseils. Et là, attention, ils ont atteint des sommets chez Elle. Je crois d'ailleurs que je pourrais vous épargner mes remarques perfides. Comme souvent s'agissant des bonnes choses, ce n'est pas la peine d'en rajouter. Ce n'est pas Maxwell qui me contredira.

Mais comme je n'ai jamais su me taire quand il le fallait, je vais tout de même vous gratifier de quelques exemples pris au hasard, même pas besoin de se creuser la tête pour sélectionner, à tous les coups on gagne.

- Tenez, prenez le Conseil n°10: Mangez vos pâtes dans des assiettes à dessert, ça vous en fera moins. "Chéri, tu me donnes 7 coquillettes, s'il te plait ?" ET POURQUOI PAS DANS UNE TASSE A CAFE ???

- Conseil n°25: Pimentez à fond vos plats histoire en gros que ce soit impossible à bouffer. Moi, là, j'ai plus efficace, tant qu'à faire: un gros caca dans le gratin dauphinois et là croyez moi vous n'y toucherez pas.

- Ah, y'a celui-ci aussi, le n°7, savoureux, intitulé "Inventez une glace": glissez au congélateur un yahourt light et dégustez le une fois givré. Celle qui a écrit ça n'a JAMAIS congelé un yahourt. Croyez-moi, parce que je l'ai fait, moi. A moins d'aimer un truc à mi-chemin entre le lait caillé et le vomi gelé, et bien no way.

- Le n°9 est soit un canular, soit un truc inventé pour nous humilier: "achetez un stepper et pédalez en vous brossant les dents". Je dis quelque chose ou je vous laisse juste visualiser ?

Bon, y'en a trente, hein, donc je vais vous épargner. Mais quand même, je vous ai gardé les deux meilleures pour la fin. La n°22, d'abord, qui consiste à EXIGER qu'on vous serve systématiquement au restaurant une demi-portion. Là, franchement, je dis stop et je ne rigole plus du tout. Non parce que déjà que les restaurateurs ne sont pas à proprement parler les êtres les plus généreux qui soient - je sais, c'est facile de généraliser, mais franchement, quand on vit à Paris, il devient de plus en plus difficile de vous défendre, messieurs et mesdames les restaurateurs. Mais si en plus on leur donne le bâton pour nous battre, il y a quand même des chances que bientôt on file 30 euros pour se gaver de trois tomates cerises accompagnées d'un dé de steack haché. Tout ça servi dans un ramequin. Merci ELLE...

Et la dernière, spécialement pensée pour les mères de famille débordées: "Ne vous levez pas le dimanche. Préparez-vous un bon bouillon de carottes, poireaux et cie et alternez avec du jus de pamplemousse, le lendemain vous aurez perdu un kilo". Et probablement gagné une gastro.

Sérieusement, vous croyez que dans la VRAIE vie, il y a VRAIMENT des VRAIES filles qui restent au pieu une journée entière en se sifflant du bouillon de poireau ?

"Désolée les enfants, aujourd'hui maman ne se lève que pour faire pipi, c'est son dimanche "soupe au lit""...

Dernière minute (merci Fyfe): Je me dois de vous informer que la toujours très juste et hilarante - en plus d'être une cuisinière hors-pair et photographe à ses heures, grrr... - Anaïk avait déjà, le 27 septembre poussé son grand cri dans un post vraiment excellent. http://anaikcuisine.canalblog.com/archives/2006/09/27/2734674.html. J'ai l'air fin moi, avec mes douze trains de retard !!!