couv_octobre2006En cette semaine de "Fashion week", j'ai trouvé un nouveau motif d'énervement. Je me demande d'ailleurs parfois si je ne suis pas en train de devenir caractérielle. Non c'est vrai, j'ai parfois l'impression de virer Tatie Danielle. Mais figurez-vous, gros scoop, que je ne vais pas vous parler aujourd'hui du Elle. Enfin, pas spécifiquement. Non, ce qui m'a donné cette fois-ci en vie de pousser un grand cri, c'est une photo qui orne les kiosques parisiens, la couverture du dernier Vogue. Avec une très jolie top model filiforme - Natalia Vodianova - qui nous présente celui qu'elle prétend être son bébé. En accroche, l'habituel désormais: "Mes conseils pour retrouver la ligne après Neva" - un prénom qui signifie sûrement "pureté du ciel" ou "petite rivière enchantée", parce que bien sûr les people ne peuvent pas appeler leurs enfants de prénoms aussi cons que Thomas, Claire ou même Manon, mais là je m'égare.

Quand je dis "celui qu'elle prétend être son bébé", j'émets en effet un doute certain. Non parce que je sais bien que je ne suis pas un exemple avec mes 28 kilos pris en même pas 9 mois et toujours pas totalement perdus six ans après - ouais mais attention, j'en avais deux tout de même hein ! - mais là, je n'y crois pas. Je veux dire que ne crois pas que ce nourrison joufflu d'à peine dix semaines soit sorti de ce corps adolescent. Et puis, soyons sérieux, elle a douze ans. Elle pèse 35 kilos. Et a le teint d'une fille qui dort douze heures par nuit. Ce qui, étant donné l'âge de son rejeton n'est PAS POSSIBLE.

Je n'y crois pas parce que même les plus vernies de mes copines, celles qui sont aujourd'hui plus minces qu'avant leur grossesse - oui, toi, là, tu vois très bien de qui je parle, oui oui... -, ont tout de même eu droit à leur traversée du désert. Je parle de ces trois mois pendant lesquels votre ventre jusque là joliment tendu prend la consistance et l'apparence de la jelly anglaise. Ces semaines durant lesquelles tout porte à croire que vous êtes encore enceinte - d'ailleurs votre boulangère en semble convaincue puisqu'elle vous a demandé à votre retour de la maternité quand est-ce que "ce petit compte se décider à sortir" -, sauf que bébé chéri est bel et bien en train d'hurler dans son couffin. Ces jours funestes où le moindre mot de votre belle-mère déclenche une crise de larmes et pendant lesquels l'idée même que l'homme s'aventure à toucher autre chose que vos cheveux déclenche en vous des envies de l'émasculer. Au moins, vous dites-vous, il vous fichera la paix et surtout il ne risquera plus jamais de vous refiler sa fameuse petite graine.

Non, vraiment, franchement, je me répète, mais ces femmes - et là je ne parle pas uniquement de cette Natalia Vodianova - qui nous exhibent leurs nouveaux-nés tout en se pavanant en skinny et torse nu histoire de bien nous montrer que leurs seins n'ont pas subi la moindre loi de la pesanteur - n'y aurait-il que les miens qui se soient soumis à ce phénomène physique sans même tenter de se battre? - et bien moi je N'Y CROIS PAS. Je soupçonne même très sérieusement l'existence d'un véritable business parallèle là-dessous. Un genre de marché noir de mignons moutards aux yeux bleus - avez-vous remarqué qu'en plus jamais un seul des bébés de people n'est moche ? Pas d'acné du nourrisson, pas de strabisme, pas de conjonctivites ni de crâne déformé par les forceps - qui permettrait de choisir son bébé sur catalogue le temps d'un reportage pour Gala.

Non parce que je vous parle de l'après et de cette ligne retrouvée miraculeusement trois jours après l'accouchement. Mais pendant la grossesse, tout porte également à croire que nous ne sommes pas logées à la même enseigne. Autant les actrices/tops/chanteuses/people s'exhibent les trois quatre premiers mois, autant après... plus rien. Et soudain, alors que quelques semaines plus tôt on les voyait la main posée sur un délicieux petit ventre rebondi, les fesses moulées dans un jean qu'elles se "contentent de laisser ouvert au deuxième bouton" - alors que vous, au deuxième mois déjà, votre 501 était roulé en boule au fond du sac à linge sale, suite à un refus de passer le cap des cuisses -, on vous apprend qu'elles ont accouché.

Je vous dis, il y a anguille. Soit cette grossesse n'a jamais eu lieu, soit un savant génial a trouvé le moyen de raccourcir la gestation à cinq mois mais les retombées de cette invention sont réservées à une élite. Et pendant que la femme lambda - genre moi ou vous - se voit, à compter du 7ème mois transformée en baleine perclue de douleurs condamnée à compter jour après jour les nouvelles vergétures qui viennent à jamais zébrer son ventre, les ELUES, elles, passent à côté de toutes ces réjouissances. Elle ont à peine le temps de se dandiner en robes ultra-moulantes, de continuer "une vie de femme active parce que la grossesse n'est pas une maladie" et de préparer un trousseau Bonpoint, Baby Dior et compagnie, que hop, l'enfant parait, "dans la sérénité et sans douleur grâce à tous les cours de Pilates et de Yoga suivis ces derniers mois".

Je le pousse mon grand cri ?

AAHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHH.

Encore une fois, je ne vois pas comment expliquer la présence de ces jeunes femmes sur les bancs des défilés, deux semaines après la délivrance. Je ne sais pas vous, mais j'aurais alors mordu le premier malade qui m'aurait proposé de parader en public. Quand à l'inconscient qui m'aurait suggéré une séance photo à moitié nue, mes bébés dans les bras, et bien soyons claire, il aurait eu toutes les chances de ne pas en réchapper.

Et je ne dis pas ça uniquement parce qu'il m'a fallu au bas mot quatre mois avant de ranger définitivement mes si charmants pantalons de grossesse, et au moins le double pour que les cernes qui me mangeaient littéralement la figure s'estompent. Je ne dis pas ça non plus parce qu'au lendemain de mon accouchement j'ai réalisé que tous ces amis qui m'assuraient, certains de leur fait, que je n'avais pris "que dans le ventre" s'étaient totalement plantés. Non qu'ils fussent flatteurs ou hypocrites ou qu'ils aient voulu me ménager. En réalité, mon ventre était devenu si gigantesque que tout le reste semblait svelte. J'étais à moi toute seule un exemple vivant de la théorie de la relativité, en somme.

Bon, bref, je digresse beaucoup mais vous l'aurez compris, je m'insurge contre cette image totalement inepte et dépourvue de vérité qu'on nous vend de la grossesse. Etre enceinte est devenu fashion nous dit-on une semaine sur deux dans Elle ou autre féminin. Si j'ai été heureuse comme jamais pendant ces mois de couvade, je voudrais pourtant m'inscrire en faux. Etre enceinte, c'edt tout ce qu'on veut, mais ce N'EST PAS FASHION. Et c'est une femme qui a constaté avec un intérêt presque scientifique quelques jours après avoir accouché qu'elle pouvait enfoncer son bras jusqu'au coude dans son abdomen sans rencontrer la MOINDRE RESISTANCE, qui vous l'assure.