La nouvelle m'est tombée dessus ce matin. Un dimanche qui s'annonçait plutôt bien en plus. C'était sans compter ce couperet cruel lu dans "Marie-Claire" : on a tous un poids programmé génétiquement. La bataille contre les bourrelets est perdue d'avance. Programmée pour mesurer 1m60 et peser 70 kilos ? Et bien voilà, c'est comme ça, à prendre ou à laisser. Comme dirait Coluche, on nait tout égaux, sauf que certains le sont plus que d'autres. D'ailleurs, mieux vaut accepter son triste sort, parce que pour info, au cas où vous seriez tentés de lutter contre la nature, sachez que vous avez toutes les chances d'y laisser des plumes tout en prenant du poids...

En gros, en cas de régimes à répétition, fatigué de se voir imposer des restrictions, votre si sympatique patrimoine génétique décide d'en remettre une couche et se reprogramme comme un grand, tout seul, sans qu'on ne lui ait rien demandé. Inutile de préciser que ce reformatage se fait toujours dans le même sens et que le poids prédéfini ne fait qu'augmenter...

Putain d'ADN...

Ce qui m'étonne un peu, c'est que cette théorie - tout à fait crédible à mon sens - est défendue par des médecins qui par ailleurs font fortune en vendant des livres de régime et en se pointant à toutes les émissions du genre "J'ai décidé de maigrir". Et dans ces cas là, ils se gardent bien d'avertir les pauvres filles qui rêvent de perdre les cinq, dix ou quinze kilos qui les empoisonnent que rien n'y fera. Telles des sisyphes modernes, elle passeront leur vie à tenter de déposer en haut d'une montagne leur graisse qui n'en finira pas de leur dégouliner dessus dès qu'elle auront le dos tourné...